C’est quoi le cannabis ?

Le Cannabis est le nom latin d’une plante d’origine équatoriale, le chanvre, cultivé et domestiqué en Chine il y a déjà 6000 ans.
Principalement utilisé dans l’industrie textile ou papier, le chanvre est surtout connu aujourd’hui pour une de ses variétés à propriétés psychotropes, Cannabis sativa. Cette espèce contient une drogue, le THC ou tetra-hydro-cannabinol, présent notamment dans la partie haute et fleurie. La marijuana correspond aux fleurs de cette plante ou trichomes, et y concentre une forte teneur en THC.
Le haschich est la préparation obtenue à partir de résine de cannabis.

Quel rapport entre Marseille et le cannabis ?

C’est simple. La plus grande artère de Marseille, la Canebière, tire son nom du mot latin cannabis ou provençal canabe. La raison est simple : on y a longtemps vendu… du chanvre, qui servait pour les cordages des bateaux. Mauvais esprits s’abstenir !

Que contient le cannabis ?

L’analyse chimique d’un plant de cannabis montre que celui contient plus de 400 composés organiques différents, avec essentiellement deux grandes familles chimiques : les terpènes (10-30 %) et les cannabinoïdes, en l’occurrence des phytocannabinoïdes puisqu’ils sont d’origine végétale.

Les terpènes sont des molécules aromatiques expliquant que, comme un tabac, le cannabis peut offrir une grande variété d’arômes et de parfums : myrcène, limonène, carophyllène, terpinéol, pinène se retrouvent d’ailleurs dans de nombreuses autres plantes médicinales. Les terpènes du cannabis n’ont aucun effet psychoactif.

    • Quels sont les cannabinoïdes du cannabis ?

Découverts en 1940 par Roger Adams (USA), les cannabinoïdes regroupent 111 molécules différentes, dont les 3 plus abondantes pour le cannabis sont dans l’ordre le THC, le CBD et le CBN.
Cela fait donc plus de 80 ans que de multiples recherches scientifiques de haut niveau étudient toutes ces différentes molécules, ainsi que leurs propriétés chimiques, pharmacologiques et toxicologiques.

Le THC surtout (delta-9-tétrahydrocannibinol), et son métabolite le CBN un peu (cannabinol) sont ainsi des drogues psycho-actives. Le CBD ou cannabidiol est en revanche parfaitement connu pour ne pas posséder de telles propriétés. Cannabinoïde n’est donc pas synonyme de drogue ou de substance illicite !

C’est quoi le CBD ou cannabidiol ?

Alors que le THC représente 12 à 25 % d’un plant de cannabis, le cannabidiol ou CBD n’en représente que 1 à 4 %, expliquant que ce phytocannabinoïde soit longtemps passé inaperçu. C’est un cannabinoïde végétal bicyclique et lipophile, connu sous la terminologie chimique internationale comme étant le 2-[(1R,6R)-6-isopropényl-3-méthylcyclohex-2-én-1-yl]-5-pentylbenzène-1,3-diol.

CBD et THC

CBD et THC sont deux molécules proches chimiquement, expliquant qu’elles agissent sur les mêmes récepteurs humains de notre organisme : les CBD 1 se trouvent essentiellement dans notre système nerveux central, dont le cerveau, tandis que les CB2 se situent principalement dans notre système immunitaire.
L’espèce humaine produirait en effet en très petite quantité son propre endocannabinoïde spécifique, l'anandamide, expliquant l’existence de tels récepteurs.
Malgré cette similitude, CBD et THC sont totalement différentes dans leurs actions. Ensemble, elles agissent parfois en synergie, tantôt en opposition. C’est pourquoi il ne faut surtout pas faire un copier/coller des effets du cannabis pour en « déduire » ceux du CBD. Le cacao, le curcuma ou le poivre ont des molécules proches des cannabinoïdes : irait-on leur reprocher d’avoir l’effet du cannabis ?!

Quelles plantes contiennent du CBD ?

Beaucoup de chercheurs ont travaillé pour savoir si l’on trouve du CBD dans des plantes autres que le cannabis. Ils estiment en effet que le CBD pourrait avoir de nombreux effets bénéfiques, mais que la législation sur les plants de cannabis empêcherait d’exploiter au mieux le chanvre indien dans de nombreux pays.
C’est ainsi que certains cultivateurs ont d’abord cherché à sélectionné des variétés de cannabis low THC avec moins de 1% de THC. Mais c’est toujours du cannabis !

Constatant que le houblon et le cannabis étaient deux plantes apparentées d’un point de vue phylogénétique, des études ont donc porté sur une variété indienne de houblon, Humulus kriya. Il semblerait que cette plante contienne de grandes quantités de cannabidiol. Un spécialiste avait crié à l’arnaque en 2019, avant d’avoir dû retirer toutes ses attaques pour diffamation : le fabriquant Peak Health affirme que le produit Immun AG TM est bien fabriqué à partir d’une variété de houblon propriétaire, développée naturellement.

D’autres entreprises comme Librede ont adopté une démarche différente. Elles ont réussi à produire du CBD à partir de levures génétiquement modifiées, pour produire une molécule CBD 100 % naturelle, sans impact environnemental.

Quelle est la différence CBD – THC ??

Si les deux composés sont proches chimiquement, les effets pharmacologiques sont totalement différents.
Le THC est un psychoactif potentiellement addictif, agissant sur les récepteurs CB1 et accessoirement CB2, entraînant une baisse de vigilance, avec des effets secondaires type paranoïa ou anxiété.
Le THC agit directement sur le système nerveux central comme une drogue. Se fixant peu aux récepteurs CB1, le CBD cannabidiol n’a pas cette action psychoactive sur le cerveau, n’a aucun effet secondaire connu de type ébriété ou euphorie, et n’a strictement aucun effet addictif. Une étude complète de l’OMS (2018) prouve ainsi très clairement l’innocuité parfaite du CBD.

En France, l’ANSM, Agence nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé, a longtemps confondu les deux, expliquant le débat et le flou juridique existant il y a quelques années. Il est aujourd’hui théoriquement tranché.

C’est quoi le système endocanniboïde ?

Le système cannabinoïde endogène est un système de récepteurs et de médiateurs, présent chez l’humain et chez d’autres espèces animales. Si un cannabinoïde humain a bien été isolé, l’anandamide ou N-arachidonoylethanolamide, ainsi qu’un certain nombre de récepteurs (CB1 et CB2), leur rôle exact est encore mal connu. Ces derniers interviendraient comme neuromodulateur ou neuromédiateur dans différents processus cérébraux comme la mémoire (hippocampe), le sommeil, le plaisir, la douleur (rhombencéphale)… Il est certain que le CBD agit positivement sur le système nerveux central, puisqu’il est désormais commercialisé dans de nombreux pays comme médicament dans certaines indications d’épilepsie.

Comment fabriquer du CBD cannabidiol ?

S’il est théoriquement possible d’obtenir du cannabidiol à partir de houblon ou de levures, l’essentiel de la production mondiale est assuré à partir de la culture de chanvre. Des variétés de cannabis ont ainsi été sélectionnées spécifiquement pour leur faible teneur en THC, et inversement leur haute teneur en CBD, comme Cannabis indica.
Cette production est légalement autorisée dans de nombreux pays, avec même une norme UE pour les semences depuis 2013 : les semences destinées à l'ensemencement de cannabis doivent assurer un taux de THC sous 0,2 %, selon l’article 32.6 bis du règlement européen (CE) no 1307/2013.

De plus en plus se développent ainsi des cultures locales de cannabis bio et éco-responsable. C’est pourquoi il existe désormais en France des plantations de cannabis légal, pour des produits autorisés sans THC, cultures issues de nos terroirs d’Auvergne ou de Bretagne. Une fois la plante prête, elle est récoltée pour en extraire le CBD, comme on pourrait le faire sur une culture de colza ou de tournesol.

Comment se fait l’extraction de CBD?

Le CDD étant une molécule lipophile, le processus d’extraction chimique ne peut pas utiliser d’eau. Il en existe 3 méthodes : C0², alcool ou huile.

    • Extraction du cannabidiol par CO²

Cette méthode vise à transformer le gaz dioxyde de carbone à un état « supercritique » liquide, en augmentant sa pression. Il recueille ainsi une très grosse quantité de CBD, sans chauffer la plante et donc sans la dénaturer (extraction supercritique ou CBD RAW). Un processus de décarboxylation enzymatique permet ensuite de recueillir le cannabidiol. Cette extraction gazeuse à froid permet aussi de récupérer d’autres molécules lipophiles, comme les terpènes aromatiques ou les flavonoïdes, bons pour la santé. Ces derniers sont toutefois amers, et peuvent donner au CBD un goût marqué : c’est le seul inconvénient de l’extraction vierge à froid, le processus le plus naturel.

  • Extraction du CBD par huile et chauffage

Les bourgeons de la plante, riches en CBD, sont alors chauffés pour une extraction huileuse. Le rendement est plus faible, car le reste de la plante n’est pas traité pour la production de cannabidiol, ce qui rend le processus coûteux.

  • Extraction cannabidiol par alcool

Cette méthode simple et bon marché emprunte sa technique à celle des parfumeurs traditionnels : les bourgeons sont laissés à macérer dans une solution alcoolique, qui se charge progressivement en CBD. En évaporant l’alcool, on obtient alors une pâte collante, très riche en CBD. C’est un processus efficace mais lent. Après extraction du CBD, le fabriquant pratique différentes analyses pour vérifier l’absence de THC, et s’assurer ainsi parfaitement de l’innocuité du produit et de sa légalité.

Comment se présente le cannabidiol ?

Le cannabidiol existe sous différentes formes.

    • Fleurs séchées

Souvent désignées sous le terme impropre de cannabis légal, les fleurs de CBD constituent la forme la plus naturelle, sans processus d’extraction. Si elles sont moins concentrées en cannabidiol qu’une huile CBD, elles sont en revanche plus riches en terpènes, d’où des arômes et des parfums très subtils. Les amateurs CBD peuvent devenir ainsi aussi connaisseurs qu’un amateur de café, de thés ou de grands crûs de tabacs. Les souches de cannabis sont ainsi l’équivalent de que sont les cépages aux vins. De manière générale, ces fleurs de CBD sont parfaites en infusions, même si parfois certains les utilisent en inhalation. Leur production reste cependant interdite en France.

    • Huile CBD ou résine CBD

C’est probablement la forme la plus connue, et aussi la plus concentrée, comme des huiles essentielles. L’utilisation en complément alimentaire se fait chez certains par voie perlinguale, en disposant quelques gouttes sous la langue, comme pour un médicament homéopathique. Sans passage digestif et bio transformation hépatique, 100% du produit serait ainsi disponible pour l’organisme. Il faut toutefois rappeler que ni l'huile, ni la résine, ne peuvent être indiquées comme des médicaments à vertus thérapeutiques.

    • Capsule de cannabidiol

Utilisables par voie orale, elles sont toutefois déconseillées : ( voir ici) : en effet, entre l’absorption digestive et le métabolisme hépatique, le coefficient de biodisponibilité se situerait aux environs d’à peine 20 %. Cela signifie que 80% du produit est perdu, et finit directement dans les selles. C’est pourquoi l’huile pour absorption perlinguale est préférable.

Le cannabidiol peut être utilisé sans soucis en usage externe. Son utilisation directe peut se faire soit comme une huile de massage, soit sous forme de Sérum tonique pour la peau . Il est aussi possible d’incorporer quelques gouttes d’huile de CBD en les mélangeant à une crème de soins neutre. En parallèle, les professionnels proposent désormais de nombreux produits de beauté à base de chanvre, comme des shampooings , des baumes , des crèmes de soins ainsi que des gels relaxants et hydratants.

Quelle est la dose de CBD ?

Parler de bonne dose de CBD est une notion impropre, car la dose est souvent rapportée à la notion de médicament et de posologie. Or aux termes de la loi française, le CBD ne peut être considéré comme un médicament, arguant de propriétés thérapeutiques : parler de doses de cannabidiol s’avère donc source de confusion. Pour le cannabidiol, il est conseillé de se renseigner plutôt sur les concentrations (5%, 10%,…) pour connaître la quantité dans chaque goutte par exemple.

Le CBD est-il un médicament ?

NON.
Si le CBD médicament est reconnu dans plusieurs pays de par le monde, ce n’est pas le cas en France. Le Code de la Santé Publique et le Code du médicament ont en effet des définitions extrêmement restrictives dans leur article L.5111-1, imposant des contraintes réglementaires nombreuses (publicité restreinte, circuit de distribution limité, autorisation de mise sur le marché AMM encadrée…)…

Cette définition très stricte s’applique d’ailleurs de la même façon à de nombreuses préparations, comme les plantes médicinales ou autres : peu importe que leur efficacité soit ou pas reconnue, elles ne pourront jamais être légalement considérés comme des médicaments. Pour respecter la législation, l’usage est donc de parler de compléments alimentaires : ils ne soignent pas, mais sont proposés dans le cadre de différentes pathologies, en complément d’un médicament ou de remèdes, avec de préférence l’accord d’un médecin. En revanche, le CBD est un médicament légal, reconnu comme traitement dans certains pays, par exemple les USA. Il faut alors une prescription médicale.

Le CBD est-il une drogue ?

NON.
SI le cannabis est considéré comme une drogue, c’est suite à la présence de THC ou delta-9-tétrahydrocannibinol, molécule addictive et psycho-active. Dès 2018, l’OMS a précisé dans un rapport complet que le cannabidiol ou CBD ne saurait être considéré comme une drogue. La législation européenne est aussi claire, et va dans le même sens. Les autorités françaises ont donc dû s’aligner sur ces positions scientifiques, reconnues dans le monde entier. La MILDECA a remis en 2018 un rapport CBD, autorisant la commercialisation de CBD en France, sous respect de certaines conditions : le produit doit notamment être totalement exempt de THC ; il doit par ailleurs être fabriqué à partir de plants de cannabis ne contenant pas plus de 0,2 % de THC.

Le CBD est-il un dopant ?

NON.
Suivant les recommandations de l’Agence mondiale antidopage en 2018, la France a mis à jour la liste des substances interdites dans le sport, dans le décret n° 2018-1283 datant du 27 décembre 2018 Dans son article S8, il est clairement indiqué que le cannabidiol n’appartient plus à la liste des produits dopants, alors que les autres cannabinoïdes restent quant à eux totalement interdits. Un sportif peut donc consommer légalement du CBD, sans encourir le moindre risque de sanctions.

Est-il légal de commander du CBD en ligne ?

OUI.
Dans le droit français, tout ce qui n’est pas interdit est par nature autorisé. Si la vente de drogues est évidemment totalement interdite, et si la vente de médicaments est strictement réglementée, le cannabidiol n’est ni une drogue, ni un médicament. Sa vente en ligne est donc autorisée, sous réserve des dispositions réglementaires spécifiques. Comme vendeur professionnel, notre société respecte scrupuleusement l’ensemble des demandes quant à la teneur des produits, l’origine des plants ou les respects des indications commerciales. Voir à ce propos ce qui se dit sur la législation française et ses interprétations.

Comment agit le cannabidiol ?

Le cannabidiol a beau être vendu comme médicament autorisé dans de nombreux pays, les travaux le concernant sont encore assez récents.
Il est certain que la molécule interfère surtout avec les récepteurs CB2, situés notamment dans le système nerveux et le système immunitaire, au sein d’un système physiologique appelé SEC ou système endocannabinoïde. Plusieurs autres récepteurs du SEC sont déjà identifiés (5-HT1A, μ et δ) et s’avèrent réceptifs aux endorphines. Les scientifiques ont ainsi isolé différents signaux chimiques participant à ce process biochimique, comme le 2-Arachidonoylglycérol ou 2-AG.
Ces différentes molécules semblent expliquer certaines propriétés pharmacologiques des cannabinoïdes, comme les effets anti-convulsivant, relaxant, anti-douleurs, anti-inflammatoires, antispasmodique, analgésique… Rappelons qu’en France, le CBD n’a pas le statut officiel et légal de médicament.

Comment reconnaître un bon extrait CBD ?

N’étant pas légalement un médicament, le CBD ne bénéficie pas de l’ensemble des contrôles obligatoires pour tout produit à usage thérapeutique. C’est pourquoi le choix du fabriquant et/ou du distributeur sont primordiaux. Produit naturel par excellence, un bon CBD c’est d’abord une bonne matière première, la plante : sa culture et sa récolte doivent être réalisées dans les règles de l’art. Il faut donc vérifier l’origine des produits, leur teneur, les contrôles qualité effectués, les éventuels tests de conformité. Un bon extrait cannabidiol se reconnaît aussi au sérieux de ceux qui le vendent, que tout consommateur peut apprécier en partie à travers leurs pages internet. Un site riche en information CBD de qualité garantit souvent des professionnels passionnés, sérieux et compétent.

Quelles sont les indications médicales du CBD ?

Aucune en France, car le CBD n’a pas le statut d’un médicament. En revanche, il existe de nombreuses études internationales prouvant un effet pharmacologique du cannabidiol sur des points précis. Prouver qu’une molécule a scientifiquement tel résultat ne permet pas en revanche de dire qu’elle est un médicament. En effet, un médicament doit prouver que l’effet est quantifiable sur une population importante, avec un facteur bénéfices risques marqué. Une étude scientifique prouve simplement un effet ponctuel, à confirmer par d’autres études. Un dossier d’AMM pour un médicament est différent, c’est une étude à grande échelle, permettant de prouver que la molécule peut être considérée comme un médicament sur le long-terme. Pour le CBD, de nombreuses études scientifiques ont prouvé ainsi un effet sur le traitement de la douleur, les maladies neuro-dégénératives type Alzheimer, l’arthrose, les maladies inflammatoires de l’intestin, la dépression, l’anxiété

et s’avère même un complément dans la prise en charge globale du cancer.

Toutefois, ces études ne font pas du CBD un médicament pour les maladies évoquées. En France, le seul usage du cannabidiol comme médicament reste à ce jour l’Epidiolex, ND, réservé au traitement de certaines crises épileptiques, sur prescription médicale uniquement. Voir ce focus sur les thérapeutiques CBD en France.

Quelles sont les contre-indications du CBD ?

En l’absence d’études médicales, il convient d’appliquer toujours le principe de précaution, en écartant les personnes les plus fragiles : enfants, femmes allaitantes, femme enceintes, personnes souffrant de maladies cardiaques… Il faut rappeler aussi que le cannabidiol est une substance lipophile, se fixant par définition aux graisses : une personne en surpoids peut ainsi voir des effets durer plus longtemps qu’un individu maigre.

Le CBD a-t-il un effet sur le Covid 19 ?

A l’heure actuelle et en suivant le consensus médical, aucun médicament n’a démontré une action réellement efficace sur le Covid-19. De nombreuses études sont en cours. Une étude canadienne et des travaux israéliens cherchent à savoir quelle place pourrait avoir le CBD pour la prise en charge du Covid_19 ? Ces études sont à mettre en parallèle avec celles sur la nicotine, puisque plusieurs travaux observationnels semblent prouver que les fumeurs seraient 10 fois moins touchés par le virus SARS-Covid-2. L’hypothèse des chercheurs repose sur un blocage du récepteur ACE2 par le CBD, empêchant alors la pénétration du virus dans la cellule. Il faudra probablement plusieurs mois pour infirmer ou confirmer cette hypothèse.

Le CBD peut-il baisser la douleur chronique ?

Il est désormais certain que le système endocannabinoïde intervient dans le processus de la douleur, ce qui pourrait expliquer un rôle supposé du CBD pour la prise en charge des douleurs chroniques.
Des études ont prouvé que le CBD réagissait avec les récepteurs CB2 , modulant la transmission de sérotonine impliquée dans l’anxiété (récepteurs 5-HTA1) et la douleur (récepteurs TRPV1).
Il est d’autre part connu que le CBD possède une activité anti-inflammatoire, en interagissant avec un récepteur adénosine.
Le très sérieux l’Office fédéral de la santé Suisse avait publié dès 2015 une étude review constatant une efficacité moyenne modeste dans les douleurs chroniques, tout en souhaitant plus d’études expérimentales pour comprendre tous les bénéfices à en tirer. Depuis 2008, différents chercheurs soulignent ainsi le rôle du CBD pour la prise en charge des douleurs chroniques.

Quel est l’effet du CBD sur le sommeil ?

L’insomnie est un syndrome fréquent atteignant de nombreux adultes. L’usage régulier de somnifères étant déconseillé, les patients recherchent souvent des solutions douces, de type phytothérapie.
En 2019, une étude américaine notait une nette amélioration du sommeil chez environ 67% des personnes ayant participé à l’expérience et pris du cannabidiol.

Quel est l’effet du CBD sur l’anxiété ?

L’anxiété est un syndrome fréquent dans nos sociétés modernes. S’il existe de nombreux médicaments anxiolytiques, nombreux sont ceux ayant des effets secondaires, avec même des risques de dépendance. Ce sont souvent des drogues légales.
Toute la question est de savoir si le CBD aurait une action régulatrice de l’humeur efficace, avec un effet déstressant naturel et rapide ?
Des travaux récents suggèrent un effet potentiel du CBD anxiolytique, à travers une action probable sur les récepteurs CB1Rs et 5-HT1A-Rs.

Quel est l’effet du CBD sur l’arthrose ?

Si le CBD ne peut pas être considéré comme un médicament contre l’arthrose, il y a toutefois de très nombreuses études mettant en évidence son effet anti-arthrosique, en particulier sur la douleur aigüe, la douleur chronique ou l’inflammation. Mieux, certains ont même étudié l’action antalgique locale, en appliquant par exemple une huile CBD sur un genou arthrosique.

Quel est l’effet du CBD sur la peau ?

Si le CBD a été proposé pour des dermatoses complexes comme lepsoriasis, il est plus simple de l’utiliser régulièrement en cosmétologie. Riches en acides gras insaturés et en vitamines, les produits à base d’huile CBD ont un effet cutané connu depuis des siècles : des préparations topiques, sous formes de crèmes ou de sérums, revitalisent la peau en ralentissant les signes de vieillissement. Cette utilisation CBD s’inscrit d’ailleurs dans une volonté de soins de peau naturels, avec des produits parfois bio et récoltés en France.

Quel est l’effet du CBD sur le chien ?

Comme de nombreux mammifères, le chien est pourvu d’un système endocanniboïde, avec des récepteurs de type CB1 et de type CB2. Il faut donc être conscient que le cannabidiol aura un effet sur lui, à rapporter à son poids plus petit. Il n’existe aujourd’hui aucun médicament vétérinaire à base de cannabidiol. Des compléments alimentaires à base de CBD sont toutefois disponibles, et proposés pour un effet relaxant (animal seul, animal stressé en voiture, anxiété de séparation…). Certains vétérinaires spécialistes proposent aussi le CBD chien comme traitement de la douleur traitement de la douleur. Toutefois, il ne s’agit pas d’un médicament, tout au plus d’un adjuvant. Le plus sage est donc de demander l’avis d’un spécialiste, avant tout achat complément CBD chien pour son animal de compagnie.

Le CBD a-t-il un effet sur les sportifs ?

Un des systèmes de récepteurs est appelé le système endocannabinoïde (SEC). Les récepteurs du SEC sont situés dans le cerveau humain et dans le système nerveux périphérique – la moelle épinière et les nerfs. Dans le cerveau, les récepteurs sont situés dans les zones responsables de la perception, de la concentration, de la mémoire et du mouvement. C’est pourquoi le SEC est impliqué dans la régulation de nombreux processus physiologiques dont le ressenti de la douleur, l’humeur et l’appétit. Fait intéressant, le SEC est aussi une partie de la réponse du système neural à l’exercice physique. « L’ivresse du coureur » est provoquée par l’action du SEC.

Comment choisir le meilleur CBD ?

    • Teneur en CBD

Dans la mesure où il n’existe pas de notion de dosage thérapeutique CBD, l’acheteur doit se renseigner sur la concentration du produit. De manière générale, les huiles sont les plus concentrées, un peu comme des huiles essentielles qui extraient les produits les plus actifs. En cas de doute, il est toujours conseillé par les concentrations les plus faibles.

    • Teneur en THC

Elle est importante à connaître, dans la mesure où elle détermine la légalité ou pas du produit. La législation impose l’absence de THC, avec un taux européen limité au maximum à 0,2 %.
Pour bien choisir son huile CBD, il ne faut pas hésiter à prendre des huiles un peu plus chères : c’est le coût des contrôles de qualité et de conformité. Acheter une huile CBD discount, c’est le risque de commander un produit illicite, considéré comme un stupéfiant.

Créer un compte

Nouveau compte S'inscrire

Félicitation, un bon de réduction d'une valeur de 2€ vient de vous être accordé.

Code :