La Team de CBD.fr vous retranscrit l’article de New Frontier Data  en français pour plus de confort … vous trouverez l’origine de cet article rédigé par New Frontier Data.

  • La pandémie COVID-19 a alimenté des changements généralisés dans la consommation sociale de cannabis chez ceux qui en consomment au moins une fois par an.
  • Près des trois quarts (72%) de ces consommateurs ont signalé un changement dans leur consommation de cannabis avec d’autres ; parmi les 28% qui n’ont déclaré aucun changement, certains ont probablement continué à partager avec d’autres membres de leur ménage (c.-à-d. Une gousse) ou n’ont pas consommé auparavant avec d’autres.
  • Au cours de la pandémie, 1 consommateur sur 5 aurait cessé de consommer du cannabis avec d’autres et 1 sur 10 aurait cessé de consommer entièrement ; parmi ceux qui n’ont jamais consommé de cannabis socialement avant la pandémie, 33% n’en ont pas consommé depuis, ce qui souligne la dépendance de la cohorte à l’égard des amis comme sources.
  • La pandémie a affecté la santé mentale de nombreux consommateurs de cannabis : 38% des consommateurs ont déclaré que leur santé mentale s’était détériorée pendant la pandémie, et 19% ont déclaré qu’elle s’était améliorée.
  • Près de la moitié (48%) des femmes et (46%) des consommateurs de 18 à 34 ans ont déclaré que leur santé mentale s’était détériorée, comparativement à 29% chez les hommes et 33% chez les 35 ans et plus (les femmes et les jeunes également plus susceptibles de déclarer avoir une santé mentale passable ou mauvaise en termes absolus).
  • Plus de la moitié (52%) des consommateurs ont déclaré consommer du cannabis spécifiquement pour améliorer leur santé mentale pendant la pandémie ; cette pratique était plus répandue chez les consommateurs de moins de 55 ans (58%) ou chez ceux dont les enfants de moins de 18 ans vivaient à la maison (63%).

Dans le même sujet, lisez :