Le nombre de terpènes produits par le cannabis est estimé à une centaine. Dans cette longue liste figure le terpinolène, pas très connu du grand public. Raison pour laquelle nous avons décidé de vous proposer un contenu sur ce sujet. Dans cet ordre d’idées, qu’est-ce que le terpinolène ? À découvrir dans les lignes qui suivent !

Le sommaire

Le terpinolène en bref

Commençons par le découvrir dans une conception globale, avant de prendre quelques points spécifiques. Pour ce faire, nous vous proposons les axes suivants : la variété de cannabis qui en produit le plus, sa touche particulière et son rôle pour la plante.

D’abord, marquons un arrêt sur la variété de cannabis qui produit le terpinolène en grande quantité. En effet, comme nous avons précisé dans cet article sur le cannabis, il existe plusieurs variétés de cette plante. En guise de rappel, voici les principales : Indica, Sativa et Hybride (croisement de la première et de la deuxième). Ceci étant dit, des chercheurs* précisent que ce terpène se trouve principalement dans Sativa. Toutefois, cela ne signifie nullement qu’il est absent dans les autres variétés !

Ensuite, focalisons-nous sur sa touche particulière. De fait, chaque terpène a ce petit truc en plus qu’il apporte à la plante au sein de laquelle il se trouve. Ainsi dit, le terpinolène n’échappe point à cette tendance. Dans cette logique, soulignons qu’il offre des odeurs distinctes de pins, de bois, de fleurs, d’herbe et de subtiles notes d’agrumes. Donc, il est en grande partie responsable de l’odeur boisée et de pin que le cannabis peut souvent avoir.

Enfin, parlons de son rôle pour la plante qui le contient. Naturellement, hormis le parfum qu’il apporte, comme dit plus haut ! Outre cet aspect, il est important d’ajouter qu’il permet à la plante de cannabis de se défendre contre des insectes nuisibles et fongiques pathogènes, grâce aux capacités larvicides et antifongiques de cette molécule**.

Pour clôturer cette partie, précisons que le terpinolène ne se trouve pas seulement dans la plante de cannabis. Bien d’autres en contiennent également. En guise d’exemples : le céleri et l’arbre à thé à feuilles fines.

Principales utilisations

En effet, ce qui reste intéressant sur la plante de cannabis est que la plupart de ses composants, aussi petits soient-ils, servent à quelque chose. Dans cet ordre d’idées, ce terpène rejoint le mouvement.

D’une part, -cela semble d’ailleurs évident, il est utilisé dans l’industrie cosmétique. Pourquoi ? Justement pour son arôme ou odeur assez unique. Sous cet angle, il est utile pour la fabrication des savons et parfums.

D’autre part, le terpinolène est également utile pour l’industrie thérapeutique. En effet, pour ceux qui suivent régulièrement l’actualité sur le cannabis, ils savent que la médecine et cette plante sont devenues inséparables. De fait, ce terpène produirait pas mal d’effets. Dans cet ordre d’idées, citons les suivants.

  1. Antioxydant (Cette étude*** publiée dans la revue Cytotechnology est une reférence)
  2. Anti-inflammatoire
  3. Antitumoral (Cette étude**** publiée dans la revue Oncology Letters en fait mention)
  4. Analgésique
  5. Maladies cardiovasculaires (Cette recherche***** s’y intéresse)
  6. Sédatif (Cette recherche****** fait un focus sur le sujet)
  7. Antibactérien (Cette ressource******* en parle)
  8. Antimicrobien (Une référence ici********)

Là, nous n’avons cité que ceux que nous connaissons ! Avec une recherche approfondie sur le sujet, il est fort probable que la liste soit aussitôt longue.

Pour finir, il est important de savoir que ce terpène, limonène, est naturellement présent dans les fleurs de CBD.

À lire également sur le cbd.

Références :

  1. *liebertpub.com/doi/full/10.1089/can.2016.0017
  2. **researchgate.net/publication/317354478_Cannabis_Pharmacology_The_Usual_Suspects_and_a_Few_Promising_Leads
  3. ***link.springer.com/article/10.1007/s10616-014-9698-z
  4. ****spandidos-publications.com/ol/3/2/321
  5. *****ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16008117
  6. ******ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28826544
  7. *******pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20552523/
  8. ********ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21425693