L’émergence du cannabis médical ouvre la porte à d’autres sujets qui, jusqu’ici, divisent. Dans cette logique nombreux se sont toujours demandés s’il est indiqué de conduire, alors que l’on suit un traitement à base de cannabis médical. Pour certains, non. Pour d’autres, ce serait oui. Faute de recherches approfondies sur le sujet, les régulateurs jouent la carte de la prudence. Néanmoins, une étude allant dans ce sens pourrait peut-être faire bouger les lignes.

Le sommaire

Ladite étude : motivations et objectifs

En effet, cette étude a été effectuée par la Lambert Initiative for Cannabinoid Therapeutics de l’université de Sydney. Pourquoi, se demandent plus d’uns ? De fait, il a déjà été démontré que le CBD (issu du cannabis) a des vertus thérapeutiques. Donc, peut être utilisé pour soulager les symptômes de certaines maladies ou pathologies. À ce sujet, nous pouvons citer quelques cas de figures :

  • La douleur chronique;
  • l’épilepsie;
  • La douleur cancéreuse;
  • les inflammations.

Naturellement, cette liste n’est pas exhaustive.

Le problème, s’agissant de ces traitements à base de Cannabis est que : les patients ne peuvent pas légalement conduire après la prise de leurs médicaments. Pourquoi ? De peur d’être arrêtés suite à un contrôle routier. Ceci d’autant plus qu’il n’existe pas encore de dispositifs de dépistage sûrs; pouvant indiquer la quantité exacte de CBD et / ou THC contenu dans l’organisme d’un patient au volant. C’est d’ailleurs pour cette raison que nombre de médecins ne recommandent point à leurs patients de prendre leurs médicaments à base de cannabis, lorsqu’ils vont conduire. Par peur qu’ils soient arrêtés.

Sous cet angle, cette étude avait donc pour objectif de fournir des données scientifiques montrant l’effet du CBD et du THC sur un sujet au volant. De telle sorte que le régulateur puisse s’en servir objectivement, pour le bien de la cité.

La méthode utilisée dans l’étude

En effet, pour être fiable, une étude a besoin d’adopter une méthode précise. Laquelle pourrait être utilisée par d’autres chercheurs, pour le même but. Ainsi dit, la méthode utilisée était celle de la métrique scientifique commune appelée l’écart type de la position du véhicule (SDLP).

En quoi consistait-elle ? Elle permettait de voir à quel point les véhicules des participants ont dévié sur la route, après la prise du CBD et / ou du THC. Sous cet angle, 26 personnes ont reçu du cannabis à vaporiser avec des ratios variables de THC et de CBD. Puis, ce sont mis en route pour 100KM, pendant 40 minutes. Le tout, sous le contrôle et en compagnie d’un moniteur de conduite.

C’est suite à cela que les chercheurs ont pu tirer les conclusions suivantes.

Les résultats de l’étude

De fait, le Dr Thomas Arkell, auteur principal de l’étude, affirme que les résultats obtenus :

“indiquent pour la première fois que le CBD, lorsqu’il est administré sans THC n’affecte pas la capacité d’un sujet à conduire. C’est une excellente nouvelle pour ceux qui utilisent ou envisagent un traitement à base de produits à base de CBD”.

Source 1 : https://www.blog-cannabis.com/effets-du-cannabis-sur-les-conducteurs/ | Source 2 : https://medicalxpress.com/news/2020-12-cannabidiol-cbd-cannabis-impair-landmark.html?mc_cid=7d276fc9c2&mc_eid=35711c3bd8

Dans la même lancée, il ajoute que :

“le cannabis contenant principalement du CBD n’a pas altéré la conduite alors que le cannabis contenant du THC, ou un mélange THC/CBD, a provoqué une légère altération de la conduite mesurée 40 minutes plus tard mais pas après quatre heures”

Source 1 : https://www.blog-cannabis.com/effets-du-cannabis-sur-les-conducteurs/ | Source 2 : https://medicalxpress.com/news/2020-12-cannabidiol-cbd-cannabis-impair-landmark.html?mc_cid=7d276fc9c2&mc_eid=35711c3bd8

Puis, il renchérit :

“Avec l’évolution des lois sur le cannabis à l’échelle mondiale, les juridictions sont aux prises avec la question de la conduite avec des facultés affaiblies par le cannabis. Ces résultats fournissent des informations très utiles sur l’ampleur et la durée de l’affaiblissement des facultés causé par différents types de cannabis et peuvent aider à orienter la politique de sécurité routière, non seulement en Australie mais dans le monde entier”

Source 1 : https://www.blog-cannabis.com/effets-du-cannabis-sur-les-conducteurs/ | Source 2 : https://medicalxpress.com/news/2020-12-cannabidiol-cbd-cannabis-impair-landmark.html?mc_cid=7d276fc9c2&mc_eid=35711c3bd8

Arkell de conclure :

“Ces résultats devraient permettre de mettre en place des lois et des réglementations fondées sur des preuves pour les personnes qui reçoivent du cannabis à des fins médicales”

Source 1 : https://www.blog-cannabis.com/effets-du-cannabis-sur-les-conducteurs/ | Source 2 : https://medicalxpress.com/news/2020-12-cannabidiol-cbd-cannabis-impair-landmark.html?mc_cid=7d276fc9c2&mc_eid=35711c3bd8

Les possibles implications de l’étude

De fait, cette étude peut effectivement faire bouger les lignes, en ce qui concerne le traitement à base de cannabis médical. En effet, avec cette base, le régulateur peut déjà organiser ses processus de contrôle. Ceci dans le but d’apporter du mieux-être aux patients qui suivent légalement un traitement à base de cannabis médical.

En autorisant, par exemple, la prise du volant pour ces patients. Ou du moins, en poussant encore plus loin ces recherches. Afin d’obtenir encore plus de preuves. Lesquelles permettront de mettre sur pied des politiques qui protègent les patients, et rendent la période de suivi du traitement plus agréable.

close