La Team de CBD.fr vous retranscrit l’article de MARIJUANA DAILY BUSINESS  en français pour plus de confort … vous trouverez l’origine de cet article ici … rédigé par Alfredo Pascual.

Les autorités argentines ont publié un nouveau décret visant à remédier aux lacunes des règles régissant le secteur du cannabis médical dans le pays, qui ne s’est en grande partie pas concrétisé depuis qu’une loi et un décret initiaux ont été approuvés en 2017.

Le nouveau décret remplace la version 2017, qui ne facilitait pas un accès significatif au cannabis médical et, par extension, des opportunités pour les entreprises.

Le nouveau décret permet aux pharmacies de dispenser des préparations magistrales de cannabis.

Il élargit la portée de la loi en permettant, en principe, l’accès au cannabis médical pour toute condition médicale – pas seulement l’épilepsie réfractaire, comme ce fut le cas avec la version 2017 du règlement.

L’un des objectifs du nouveau décret est de faciliter l’accès subventionné aux dérivés du cannabis aux patients ayant une «indication médicale».

Le décret mis à jour comprend une série d’objectifs qui chevauchent quelque peu ceux de la version 2017, y compris des objectifs centrés sur la recherche.

Le décret reconnaît que des «restrictions réglementaires» ont empêché l’accès au cannabis médical.

Dans son introduction, le nouveau décret note que les règles ont jusqu’à présent autorisé uniquement les personnes souffrant d’épilepsie réfractaire à accéder efficacement aux produits du cannabis, mais les produits ont été hors de portée pour la plupart des patients en raison du coût élevé de leur importation.

La loi de 2017 et le décret ont également énuméré un objectif de fournir gratuitement du cannabis médical aux patients du programme.

Cela ne s’est tout simplement jamais produit de manière significative.

Le décret de 2020 permettra aux individus de s’inscrire pour cultiver de la marijuana à domicile à des fins médicales, une décision qui a été bien accueillie par les patients et les militants.

Il est possible que cela mène à des occasions d’affaires auxiliaires pour les entrepreneurs qui s’adressent au marché de niche de la culture à domicile – comme leurs homologues au Canada .

Roberto Padilla, un conseiller réglementaire local, voit la nouvelle comme «une victoire des militants pro-cannabis qui trouvent maintenant un gouvernement plus réceptif aux propositions de décriminalisation».

Les patients ayant une «indication médicale» pourront s’inscrire au programme gouvernemental pour grandir chez eux ou faire croître une tierce personne ou une association pour eux.

Cependant, les exigences d’enregistrement et d’autres détails, tels que la capacité de croissance des patients, restent inconnus.

Des réglementations secondaires devront encore être rédigées à l’avenir.

À lire également :

close