Le rapport sur la marijuana a été publié par le sénat américain. Celui-ci (le rapport) fait état de la situation de cette plante aux USA. Puis, effectue une série de propositions à l’exécutif ; afin d’améliorer la condition actuelle et de tirer pleinement profit de la marijuana. Ainsi dit, nous vous proposons, dans cet article, d’aller à la découverte des grands axes qui constituent ce rapport sur la marijuana aux USA. Toutefois, nous tenons à effectuer une mise en garde à l’entame de ce texte. Nous alertons nos lecteurs français sur le contenu de cet article qui met en avant le système fédéral des États-Unis d’Amérique – à ne surtout pas confondre avec notre législation française et notre droit communautaire.

Le sommaire

Constat liminaire : nombre d’électeurs soutiennent la légalisation de la marijuana

En effet, le premier axe de lecture que nous pouvons tirer du rapport sur la marijuana aux USA est ce constat liminaire. De fait, ses auteurs soutiennent qu’une large partie des électeurs seraient en faveur de la légalisation de la marijuana aux USA. C’est dans cette logique qu’en son sein, il est précisé que :

« Malgré sa popularité croissante – 91% des Américains pensent que le cannabis devrait être légalisé à des fins médicales ou récréatives – le cannabis reste illégal au niveau fédéral ».

Puis, plus loin, il est ajouté que :

« Néanmoins, l’industrie du cannabis aux États-Unis est en plein essor. La culture et les ventes se sont largement déplacées des cartels mexicains vers des entreprises basées aux États-Unis opérant sur des marchés d’État licites (bien qu’un marché noir [sic] important demeure). »

Par ailleurs, au-delà de le ce soutien des électeurs, le rapport effectue un focus sur le fait que la marijuana présente tout de même des risques. Donc, invite l’exécutif à s’y pencher. Cela pourrait permettre de limiter les possibles dégâts. Car, ce secteur est en pleine croissance, emploie de nombreuses personnes et fait du chiffre.

« Les experts estiment que le marché licite du cannabis emploie plus de 200 000 personnes et produira jusqu’à 24 milliards de dollars de bénéfices en 2025, dont près de 9 milliards de dollars proviendront des ventes de cannabis médical. »

Il serait en réalité dommage de perdre tous ces points positifs, à cause des risques soulignés par les législateurs.

Polémique autour de la DEA (Drug Enforcement Administration)

En effet, à la suite de l’aspect précédent, le second axe de lecture de ce rapport sur la marijuana aux USA que nous pouvons aborder est le rôle de la DEA. De fait, il existe une grande polémique autour de la Drug Enforcement Administration. D’une part, certains critiquent les politiques existantes qui inhibent la recherche sur le cannabis. Visant directement le rôle de la DEA dans les études. À ce sujet, les membres ayant commis le rapport soutiennent que :

« [il est] impératif d’augmenter la base de recherche associée au cannabis, et que cette recherche devrait être utilisée pour orienter les futures politiques afin que des règlements appropriés puissent être mis en place pour atténuer tout effet négatif, conséquences sur la santé publique. »

 D’autre part, ils renchérissent. En fait, l’interprétation de la DEA de la Convention unique des Nations Unies et de la loi fédérale sur les substances contrôlées a fait en sorte qu’une seule entité a été autorisée à produire de la marijuana à des fins d’étude. Par conséquent, cette position a, disent-ils, :

« contribué à un manque de recherche, ce qui entrave notre compréhension du public, des effets sur la santé des produits disponibles à la vente sur les marchés réglementés par l’État ».

Les défis relatifs au possible changement de la loi fédérale

Abordons le troisième axe. De fait, procéder à la légalisation ne pourra se faire qu’en prenant en compte un certain nombre de défis. Notamment la santé et la sécurité publiques. En effet, les législateurs, bien que reconnaissant le soutien des électeurs et les bénéfices que pourrait apporter la légalisation de la marijuana, insistent sur les risques. À ce sujet, leur principale cible, c’est le THC, molécule responsable des effets psychotropes de la plante de cannabis.

Sous cet angle, il conviendrait d’étudier jusqu’à quel point elle (la molécule) peut affaiblir les facultés de conduite d’un individu. Car cela représente un détail important pour la santé et la sécurité publiques. De même, il serait nécessaire d’examiner dans quelle mesure mettre la marijuana hors de portée des mineurs et autres personnes vulnérables. Question de les protéger.

Ces défis, parmi tant d’autres, sont soulignés par le rapport sur la légalisation de la marijuana aux USA.

Les conclusions et recommandations du rapport

Pour terminer en beauté ce parcours du rapport sur la légalisation de la marijuana aux USA, nous vous proposons de découvrir, comme dernier axe, les conclusions et recommandations des législateurs.

  1. Obstacles à la recherche – Les recherches sur le cannabis sont actuellement insuffisantes, en particulier en ce qui concerne l’utilisation par les adolescents, la conduite avec facultés affaiblies et les concentrations de THC. Les exigences fédérales pour mener des études sur la marijuana sont excessivement restrictives et n’encouragent pas la recherche. Pour résoudre le problème, le Congrès devrait adopter la Loi sur l’expansion de la recherche sur le cannabidiol et la marijuana.
  2. Concentrations de THC – Les niveaux de THC dans les produits à base de marijuana ont progressivement augmenté au fil du temps, soulevant des questions sur les implications pour la santé publique. Les National Institutes on Health devraient « intensifier leurs recherches sur les impacts à court et à long terme associés au cannabis à haute puissance et faire une recommandation, conjointement avec la Food and Drug Administration (FDA), sur la question de savoir si les États devraient plafonner la puissance du cannabis. Produits qui peuvent être vendus. »
  3. La marijuana a un impact sur les femmes enceintes et les adolescents – Le caucus a déclaré que des recherches supplémentaires étaient spécifiquement nécessaires en ce qui concerne la consommation de cannabis par les femmes enceintes et les jeunes. Il a cité un avis d’un ancien chirurgien général mettant en garde contre l’utilisation de la marijuana dans ces populations et a déclaré que les responsables de la santé à tous les niveaux devraient « amplifier » ce message.
  4. Produits CBD et thérapies au cannabis – Il y a un « intérêt significatif » pour la création de médicaments dérivés du cannabis, et la légalisation du chanvre a conduit à une « prolifération massive » de produits CBD sur le marché. Cependant, la plupart ne sont pas approuvés par la FDA pour un usage thérapeutique. L’agence devrait « continuer d’exercer ses pouvoirs d’application en ce qui concerne le cannabis et ses dérivés » et veiller à ce que le public sache quels produits sont sanctionnés pour usage médical et lesquels ne le sont pas.
  5. Conduite avec facultés affaiblies – La conduite sous l’influence de la marijuana « menace la sécurité publique ». Bien que les États aient pris des mesures pour résoudre le problème, il n’en demeure pas moins qu’il n’y a pas d’outil universel pour déterminer si une personne est activement affaiblie par le THC. Le caucus a appelé à l’accélération de «la recherche concernant la détection de la conduite avec facultés affaiblies par le cannabis, y compris le développement de tests normalisés sur le terrain », à une augmentation du financement des laboratoires médico-légaux et de toxicologie et à une formation accrue des forces de l’ordre pour les soi-disant experts en reconnaissance des drogues. Il souhaite également que les États et les localités « établissent un système de signalement uniforme pour collecter des informations sur les incidents de conduite liés au cannabis dans tout le pays ».

Notre source : Marijuana Moment.


Références

  1. https://www.marijuanamoment.net/senate-marijuana-report-highlights-legalizations-popularity-and-risks-while-criticizing-dea-research-barriers/?mc_cid=dac717b339&mc_eid=35711c3bd8