Du chanvre dans l’alimentation animale aux USA ? Cela peut sembler insolite à première vue. Pourquoi ? Parce que nous avons coutume de côtoyer ou d’utiliser des produits à base de chanvre (ou CBD) pour humains. À ce sujet par exemple, CBD.FR met à votre disposition une large gamme de produits CBD alimentaire pour Homme. Allant dans ce sens, les États-Unis pourraient intégrer le chanvre dans la nutrition animale. Plus de détails sur ce sujet ci-dessous.

Le sommaire

Le chanvre dans l’alimentation animale : focus sur le contexte aux USA

En effet, avant de parcourir de fond en comble l’initiative d’intégrer le chanvre comme aliment pour les animaux aux USA, il est important d’effectuer un focus sur le contexte. De fait, dans ce pays, cette plante est déjà légale dans 16 États, à la rédaction de cet article. À ce sujet, pour en savoir plus sur les réglementations y afférentes, vous pouvez lire notre contenu relatif à la législation du cannabis aux USA. Bien que l’herbe soit légale dans certaines parties du pays, il n’en demeure pas moins qu’une alimentation à base de chanvre pour animaux est illégale. De même, les citoyens américains ne peuvent pas légalement consommer de la viande ou des œufs d’animaux qui ont mangé du chanvre.

C’est cet aspect qui aura incité la Hemp Feed Coalition (HFC) à agir. En fait, il s’agit d’une organisation à but non lucratif basée à Fort Collins, au Colorado. Celle-ci cherche à obtenir l’approbation fédérale pour le chanvre et ses sous-produits en tant que source d’alimentation et de nutrition animale commerciale. Raison pour laquelle elle a effectué une demande auprès de l’Association of American Feed Control Officials (AAFCO) et le Center for Veterinary Medicine de la Food and Drug Administration des États-Unis. Laquelle est en examen.

Les méandres du processus

En effet, soumettre une demande afin que le chanvre soit approuvé comme aliment pour les animaux aux USA n’a pas été facile. De fait, le HFC a dû s’employer pour avoir toutes les armes en sa faveur. À ce sujet, cette soumission est l’aboutissement d’un effort de deux ans. Lequel (l’effort) aura inclus une enquête sur les ingrédients des tourteaux et des tourteaux de chanvre, ainsi qu’un essai clinique pour démontrer l’innocuité et l’efficacité du chanvre comme aliment pour les poules pondeuses. Allant dans ce sens, Hunter Buffington, directeur exécutif de HFC, lors de l’Exposition mondiale de l’agriculture 2021, s’exprime comme suit.

«L’une des grandes opportunités pour nous en tant qu’industrie, et l’un des meilleurs moyens de soutenir nos agriculteurs sur ces marchés auxiliaires, comme nos éleveurs, est de transformer en marchandise ces sous-produits très nutritifs et précieux qui proviennent de la production et le traitement du chanvre »

Les formes du chanvre choisies et leur sécurité

De fait, parler de chanvre comme aliment pour animaux aux USA est une chose. En demander la légalisation auprès des institutions, en est une autre. Pourquoi ? Parce qu’il conviendrait que l’intérêt de ce choix soit palpable. De même, que les formes de chanvre choisies soient sûres pour les animaux. Donc, pour répondre à cet autre pan de l’affaire, le HFC a fourni d’autres arguments.

D’une part, s’agissant des formes, l’organisation opte pour la farine de graines de chanvre et le tourteau de graines. Elle estime qu’il y a des tonnes de matières inutilisées dans les entrepôts des agriculteurs en tant que sous-produit du segment de l’alimentation humaine; qui stimule la production de grains de chanvre à broyer pour l’huile.

D’autre part, afin de répondre aux normes rigoureuses de sécurité et d’efficacité de la FDA-CVM, les membres de l’industrie du chanvre de partout aux États-Unis ont soumis des certificats d’analyse pour leurs cultures. Cela démontre que le tourteau et la farine de chanvre peuvent être cultivés et transformés de manière cohérente. Dans cette lancée, Buffington s’exprime.

«Il va vraiment falloir un effort concerté non seulement pour comprendre le profil de l’ingrédient, pour répondre à toutes les questions que la FDA-CVM se pose sur l’ingrédient lui-même, mais nous devons également mener des essais cliniques sur les aliments pour montrer l’innocuité et l’efficacité de ces derniers produits aussi ».

Plus loin, elle renchérit…

«Pour ajouter à cela, nous avons un défi supplémentaire que seul le chanvre cultivé et transformé aux États-Unis, nourri aux animaux dans des instituts de recherche aux États-Unis, peut être utilisé pour présenter notre argument en faveur de l’approbation de la FDA-CVM, afin que vous puissiez voir pourquoi nous avions vraiment besoin d’une coalition de personnes pour relever ce défi. »

Les défis sous-jacents

En effet, hormis l’aspect sécuritaire énoncé plus haut, il existe des défis sous-jacents. D’un côté, celui de s’assurer que le chanvre sera sur la même longueur d’ondes que les produits actuellement utilisés pour l’alimentation animale aux USA. Il s’agit, entre autres du maïs et du soja. À ce sujet, il serait peut être intéressant de s’interroger. Ainsi dit, le chanvre dans l’alimentation animale aux USA aura-t-il autant de valeurs nutritionnelles que ces autres aliments ? De même, est-ce possible de ramener les prix à ceux des produits concurrents ? S’agissant de ce dernier point, Scott Propheter, agriculteur et directeur de CBD en Caroline du Nord, s’exprime.

«Si vous voulez que les produits (de chanvre) rivalisent à l’échelle mondiale avec ces produits, ils doivent être vendus à des prix compétitifs»

De l’autre, il sera également question de s’assurer que le nouveau marché qui sera créé, prospère. Non pas sur du court terme; mais du long terme. En effet, cela pourrait ouvrir une nouvelle niche financière. Allant dans ce sens, selon les projections de Grand View Research, une société d’études de marché et de conseil basée à San Francisco, le marché de l’alimentation animale devrait dépasser 415 milliards de dollars d’ici 2023, contre 336 milliards de dollars en 2017. De même, le segment des graines et des céréales du chanvre industriel devrait augmenter de près de 20% d’ici 2027, et le segment des soins aux animaux de l’industrie devrait croître de près de 10%, selon le HFC. Par ailleurs, 190 millions de tonnes d’aliments pour animaux sont produites aux États-Unis chaque année, selon le ministère américain de l’Agriculture.

La suite ?

Naturellement, la suite de cette affaire est d’attendre que les institutions en charge approuvent cette demande. En fait, le processus d’approbation des ingrédients des aliments pour animaux prend généralement jusqu’à quatre ans. Bien que les autorités de l’AAFCO et de la FDA-CVM aient promis de l’accélérer. Ce qui pourrait réduire l’attente à 18 à 24 mois, a déclaré Mosher au Hemp Industry Daily .

Parallèlement, certains agriculteurs n’attendent pas l’autorisation des régulateurs fédéraux pour vendre des œufs de poulets nourris au chanvre. À ce sujet, Kreider Farms, un producteur d’œufs et de produits laitiers du centre de la Pennsylvanie, aurait ajouté une gamme d’œufs de chanvre sans cage à sa marque Chiques Creek en décembre dernier.

Dans l’attente du retour des régulateurs, le HFC se tourne vers la recherche sur d’autres sous-produits du chanvre. Notamment : l’huile, les sédiments, les coques, la pulpe et les tamis. Le but étant d’examiner leur potentiel en tant qu’ingrédients alimentaires. En outre, le groupe prévoit de réunir des chercheurs, des membres des industries du chanvre et de l’alimentation animale et des conseillers de la coalition pour des applications supplémentaires.


Références

  1. https://hempindustrydaily.com/hemp-in-animal-feed-is-closer-to-becoming-reality/?mc_cid=17255e3ec8&mc_eid=35711c3bd8