Nous avons coutume de publier des articles expliquant ce que sont les cannabinoïdes, leurs apports pour l’homme; et quelques fois, comment les utiliser. Ceci étant dit, vous êtes-vous déjà demandé comment ils sont produits dans la plante de cannabis ? Si oui, vous nous rejoignez ! Dans cet article, découvrons, ensemble, comment les cannabinoïdes sont produits dans le cannabis.

Le sommaire

Les cannabinoïdes : présentation simple

Il serait incongru de parler des cannabinoïdes, sans au préalable les présenter. En effet, cela permettra que nous soyons tous sur la même longueur d’onde. Ceci dit, que sont donc ces cannabinoïdes ?

Cet article de Wikipédia définit les cannabinoïdes ainsi qu’il suit :

Les cannabinoïdes sont un groupe de substances chimiques qui activent les récepteurs cannabis présents dans le corps humain et chez les mammifères.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cannabino%C3%AFde

Le récepteur lui, étant perçu comme :

(…) une protéine de la membrane cellulaire ou du cytoplasme ou du noyau cellulaire qui se lie spécifiquement à un facteur spécifique (un ligand, tels un neurotransmetteur, une hormone, une molécule médicamenteuse, une toxine, un ion calcium, ou une protéine spécifique de la membrane d’un virus, …), induisant une réponse cellulaire à ce ligand.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9cepteur_(biochimie)

Ceci dit, nous dénombrons trois grands types de cannabinoïdes. À savoir :

  1. les cannabinoïdes végétaux (aussi appelés phytocannabinoïdes) : ils sont présents dans le cannabis.
  2. les cannabinoïdes endogènes (également dénommés endocannabinoïdes) : ceux-ci sont sécrétés par des organismes animaux.
  3. les cannabinoïdes synthétiques : élaborés en laboratoire.

Bien évidemment, la catégorie de cannabinoïdes qui nous intéresse, c’est la première (les végétaux). Sous cet angle, il est important de préciser que la plante de cannabis à elle seule produit plus de 100 cannabinoïdes de ce type.

Comment ces cannabinoïdes sont-ils produits dans la plante de cannabis ?

En effet, la production de cannabinoïdes a lieu dans ce qu’il conviendrait peut-être d’appeler : les minuscules usines chimiques. De quoi s’agit-il exactement ? Nous faisons référence aux trichomes.

Cet article de Wikipédia les présente comme suit :

Les trichomes (du grec τρίχωμα – trikhoma qui signifie « croissance de poil ») sont de fines excroissances ou appendices chez les plantes (sur les racines, tiges et/ou feuilles) et chez certains eucaryotes unicellulaires. On peut citer comme exemple les poils, les poils glandulaires et notamment urticants1 ou encore des poils qui ont évolué en écailles protectrices. Leurs fonctions semblent souvent être principalement défensives mais ils peuvent aussi protéger certaines plantes d’un froid ou d’une chaleur excessive.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trichome_(botanique)

Cette définition utilise la terminologie botanique. En conséquence, pourrait être incompréhensible pour certains. Donc, prenons cette version simplifiée de Futura Sciences :

Les trichomes sont des poils qui tapissent la surface d’un organe végétal (en densité variable selon les espèces et les organes considérés). En d’autres mots, ce sont les poils d’une plante.

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/botanique-trichome-13330/

C’est au sein de ces petites glandes que la plante de cannabis produit les cannabinoïdes. Sous cet angle, il est à noter qu’elles (petites glandes) se trouvent en plus grandes densité sur les fleurs de cannabis, et en moins grand nombre sur les feuilles, les tiges et autres parties aériennes. Précisons également qu’une plante de cannabis femelle produit beaucoup plus de cannabinoïdes que celle mâle.

Intéressons nous à présent à biosynthèse des cannabinoïdes (leur processus de production). De fait, le process est initié dans une cuticule (couche externe qui recouvre et protège les organes aériens des végétaux) . Puis, les cannabinoïdes se forment dans des cellules discoïdes (ayant la forme d’un disque) spécialisées. Enfin, ils sont éjectés par la cavité sécrétoire sur la surface de la plante, sous la forme d’une résine visqueuse.

Pour être plus explicite, décrivons le processus point par point.

  1. Au départ, nous avons l’acide hexanoïque, un acide gras.
  2. Les enzymes entrent en jeu pour faciliter une réaction chimique. Laquelle provoque la formation de précurseurs phénoliques.
  3. Ces précurseurs phénoliques se transforment à leur tour en acide oléique et en pyrophosphate de géranyle.
  4. Ces deux molécules (acide oléique et en pyrophosphate de géranyle) sont fusionnées par une autre réaction enzymatique pour produire le CBGA dit « cannabinoïde mère ».
  5. La molécule mère, associée à trois autres enzymes, créent tous les autres cannabinoïdes.
  6. Les enzymes THCA synthase, CBDA synthase et CBCA synthase convertissent le CBGA en THCA, CBDA et CDCA, respectivement.
  7. Après la décarboxylation, le THCA devient THC, CBDA -> CBD, CDCA -> CDC. Idem pour les autres molécules non citées ici.

Le visuel ci-dessous résume parfaitement le processus décrit ci-dessus.

Production des cannabinoïdes dans la plante
Crédit : Cibdol